Manga D.RAW



 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Qui sonne a ta porte ?
Ven 14 Sep - 17:38 par Kumiru

» ~Canaan~
Ven 6 Jan - 22:22 par Antoine

» Floooood
Ven 6 Jan - 20:55 par Antoine

» Papa's Taco Mia
Sam 31 Déc - 10:14 par Antoine

» Modèle de Présentation
Sam 24 Déc - 15:06 par Antoine

» Nyan Cat
Sam 24 Déc - 12:15 par William

» Gold Miner
Ven 23 Déc - 21:25 par Antoine

» Power Pinball
Ven 23 Déc - 20:50 par Antoine

» Bonjour !
Ven 23 Déc - 20:33 par Antoine

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Bibliothèque manga
Air Gear
Akikan
Black Butler
Black Cat
Bleach
Chobits
Death Note
Durarara
Elfen-Lied
Fairy Tail
Fruit Basket
Full metal Alchemist
Love hina
Midori Days
Negima
One piece
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Kyo Kara Maoh, excitant !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sayuuki
Ombre
Ombre
avatar

Masculin
Messages postés : 193
Pièces d'or : 2802
Réputation : 19
Age : 24
Localisation : Devant une vidéo =)

MessageSujet: Kyo Kara Maoh, excitant !   Lun 27 Déc - 17:42

Avertissement : Rating M, n'est pas approprié pour les homophobes , l'auteur décline toute responsabilité .
Titre : Quand le passé ressurgit
Manga : Kyou Kara Maoh
Auteur: Sayuki http://yuuram-mayu.skyrock.com/

Prologue ou Promesse



Un petit garçon se trouvait, seul, dans une pièce sombre. Ses yeux émeraude étaient emplis de larmes. Il sanglotait. Les hommes qui le retenaient ici étaient dans la pièce attenant à celle où il était séquestré…



*PLUS LOIN, DANS UN CHÂTEAU*



Quatre personnes. Elles se trouvaient dans une salle tellement grande qu’on eut dit qu’elle était faite pour les immenses réceptions.

Une mère éplorée, un conseiller et deux frères.

La femme, blonde, imaginait le pire pour son fils. Pourquoi l’avait-on enlevé, lui ? Un garçon si jeune ! Il n’avait que quatre ans et déjà traumatisé.

Est-ce parce qu’elle faisait partie d’une des dix familles les plus nobles de tout le continent et que son jeune garçon, lui, avait le sang de deux de ces familles ?

C’était la meilleure hypothèse.

Le conseiller, un homme aux cheveux argentés noués dans son dos, essayait de réconforter la femme. Mais c’était peine perdue : la pauvre avait des pensées désolantes et vraiment horribles.

Les deux garçons, quant à eux, se tenaient un peu à l’écart. L’aîné culpabilisait vraiment. Pour lui, c’était de sa faute. S’il avait, comme il devait le faire, surveillé son benjamin, celui-ci serait encore là, avec eux, à rigoler de tout et de rien. Le second garçon essayait, pour sa part, de positiver. Les hommes qui avaient enlevé son petit frère ne le tueraient pas, autrement pourquoi le kidnapper ? Mais, à chaque fois qu’il se donnait une raison de plus de se dire qu’ils reverraient tous le petit garçon, une autre pensée la rendait insignifiante. Oui, mais s’ils ne le tuaient pas, qu’en feraient-ils et qu’est-ce qui les empêcherait de le frapper ? Surtout que leur frère n’était pas un modèle d’enfant calme ! Au contraire, il était énergique et très impulsif, malgré son jeune âge et depuis peu, il possédait ses propres pouvoirs. Avec ceux-ci, il pouvait se permettre d’invoquer la puissance des flammes.

Le garçon imaginait aisément ce que les geôliers de son frère pourraient faire pour le calmer.

Rien que d’y penser, les larmes lui montaient aux yeux.

Soudain, les portes doubles s’ouvrirent et laissèrent passer un homme assez grand. Ses yeux, tout comme ses cheveux, étaient de couleur noisette.

Cet homme s’avança mais pas vers la femme en pleurs, non, mais vers un des garçons. Le plus jeune. Il le prit dans ses bras et le réconforta. Ce jeune était, ni plus ni moins, son fils.

- P…Père…Je…

- Chut… On le retrouvera et ceux qui ont osé lui faire ça vont payer, je te le promets…

Chapitre 01 : Culpabilité



Cela faisait maintenant quatre jours que le petit garçon avait été enlevé sous les yeux de son propre frère.

Gwendal se sentait vraiment coupable. En même temps, le petit était vraiment une boule de nerfs que personne ou presque ne pouvait canaliser.



*Flash Back*



- Wolfram, reviens ici !

- Nan ! J’veux aller dehors…

- Wolf’ !

- Mais Haha-ue !! Depuis que y’a co*’ad qui est sortit toute à l’heure, et ben moi, je peux pas sortir ! C’est pas juste !

- C’est bon, Haha-ue, je vais le surveiller…

- Yaa !!! Ani-ue vient dehors !!

- Merci Gwendal, prononça la mère, qui avait de plus en plus de mal à contenir la fougue de son plus jeune fils.

- Je veux monter sur le dos de Ani-ue !

- Alors là, Wolfram, s’en est trop !! Tu sais marcher non ? demanda l’aîné.

- Alleeeez !!

- Non !



Dans les grandes rues marchandes, Gwendal marchait tranquillement, son frère sur les épaules. En effet, il n’avait pu résister plus longtemps aux supplications de Wolfram. Il l’avait donc fait monter sur ses épaules.

Le petit s’émerveillait de tout et de rien en poussant des sortes de petits gazouillements. Le seul petit problème, c’est qu’il s’agitait beaucoup et que son grand frère recevait des coups de pieds environ toutes les trois minutes.

- Wolfram ! J’ai été assez gentil pour t’éviter de marcher mais là franchement tu en fais un peu trop ! J’ai les clavicules en compote !

- Clavicules ? répéta le blondinet.

- Laisse tomber… Evite juste de me donner des coups, s’il te plaît !

- Muhm…

Le jeune était déjà reparti dans la contemplation des étals. Gwendal soupira. Son frère avait beau être mignon et tout, il n’en demeurait pas moins, un petit diable. Mais le pire, c’était qu’il possédait maintenant ses pouvoirs ! Alors là, c’était le pompon. Ils avaient tous découvert que le blond manipulait les flammes… Le jour-là, Gwendal s’était félicité de n’avoir pas été là !! Une des servantes avait malheureusement eut les cheveux un peu roussis…

- Dis Wolfram, tu ne veux pas marcher un peu ?

- Non !!

L’aîné soupira de plus belle. Pourquoi Wolfram ne faisait-il donc jamais ce qu’on lui demandait…

Ils continuèrent de flâner autour des stands et c’est dix minutes plus tard que le petit blond voulu se mettre à gambader par lui-même.

« Bon au moins, mes épaules auront survécu à cette balade » pensa Gwendal.

Seulement, quand ce dernier se retourna, il ne vit plus son petit frère.

- Wolfram ?

Wolfram !! Reviens ou on rentre tout de suite !

Gwendal commençait à paniquer sérieusement. Il avait d’abord pensé que son frère avait vu quelque chose qui lui avait plu et était aller voir mais à regarder partout, le Vert ne vit son benjamin nulle part.

- Wolfram !! Où es-tu ?? WOLFRAM !



Un peu plus loin, le petit blond discutait insouciamment avec un homme de haute stature. Il était habillé d’une sorte de costume que seuls les nobles peuvent s’offrir. Ses cheveux étaient attachés en catogan et ses yeux pétillaient.

- Alors comme ça, tu t’appelles Wolfram ? C’est un joli prénom que tu as là dit donc !

- Voui ! C’est Haha-ue qui m’a appelé comme ça… Elle a dit que c’était Chichi-ue qui avait eut l’idée.

- Et il est où, ton père, maintenant ?

- co*’ad a dit qu’il était parti très loin…

Une mine boudeuse s’insinua sur les traits du petit garçon :

- Il est parti loin de moi…

- Je sais où est ton père, Wolfram. Mais si tu veux le voir, il faut me suivre…

- C’est vrai ??

Wolfram reprit définitivement la bouille joyeuse qu’il arborait la plupart du temps.

- Mais, Ani-ue m’a dit de ne pas suivre des gens que je connais pas… Je veux pas lui désobéir !

- Ah mais je ne te l’ai pas dit ?? Ton frère est au courant, c’est ton père qui lui a dit que je venais te chercher.

- Alors pourquoi il a pas dit ça ??

- Peut-être qu’il voulait te faire une surprise ?

- Ouais !! Alors il est où, Chichi-ue ??

- Suis-moi…



Gwendal venait de voir une petite tête blonde s’engouffrer dans une ruelle plus à l’Est. Il la suivit en courant et c’est là qu’il aperçut son jeune frère qui suivait un homme.

- Wolfram !!

- Ani-ue ??

Le petit voulut courir pour dire merci à son frère de lui avoir fait cette surprise mais l’homme le retint par le bras. Les yeux émeraude se levèrent vers le visage de l’inconnu comme pour lui demander pourquoi il ne voulait pas qu’il aille voir son frère.

- Mais…

- Allez, on va être en retard !

- Je veux aller dire au revoir à Ani-ue avant !

- Non, Wolfram, tu me suis un point c’est tout !!

- Je veux pas !! Mais lâche-moi !!

- Wolfram ! cria Gwendal.

- Ani-ue !! Allez lâche-moi !

Mais l’homme ne tint qu’encore plus le bras du petit. Il le serra et l’entraîna derrière lui.

- Aïe tu fais mal !! ANI-UE !!

L’inconnu alla plus vite, seulement le bambin faisait tout pour ralentir le pas.

- S’en est assez Wolfram !

L’homme prit le blond dans ses bras alors que ce dernier se débattait avec rage. Les passants se retournaient sur le passage de ce drôle de binôme.

- Maintenant, tu ne bouges plus et tu arrêtes de crier ! Ou alors, tu vas comprendre ta douleur Wolfram…

Les yeux du blondinet s’emplirent de larmes et il gémit.

L’homme s’engouffra dans une seconde ruelle où l’attendait une calèche. Il monta et le véhicule démarra immédiatement.

Gwendal arriva à peine cinq secondes plus tard…



*Fin du Flash Back*



Des perles salées montèrent aux yeux du Vert. Pourquoi n’avait-il pas laissé Wolfram sur ses épaules ? Mais quel idiot il avait été !!

A ce moment, la porte de sa chambre s’ouvrit pour laisser passer la tête de son autre frère et accessoirement de son père.

- Gwendal, ça va ? demanda l’adulte.

Aucun son ne sortit de la bouche de Gwendal, il ne s’entendait pas vraiment avec cet homme.

- Gwendal ! Je sais que tu ne m’aimes pas, mais s’il te plaît, évite de t’enfermer ! Ne parle pas avec moi, si ça te chante mais discutes-en au moins avec ta mère !

Le petit Conrad s’accrochait à son père. Il n’avait jamais vu son aîné être aussi bouleversé que maintenant.

- Tout est de ma faute… dit l’aîné.

Ce ne fut qu’un maigre murmure mais le père de Conrad le comprit immédiatement.

- Rien n’est de ta faute, Gwendal ! Tu ne pouvais pas empêcher cet homme de prendre Wolfram…

- Et puis, on va le retrouver hein !

La petite voix de Conrad s’éleva. Gwendal laissa un semblant de sourire étirer ses lèvres.

-Oui, ils allaient le retrouver…


Chapitre 02 : Bâillon et séquestration.



Après avoir mis Wolfram dans la calèche, celle-ci s’ébranla avant de se mettre en route. Le blondinet se débattait toujours pour se libérer de l’étreinte de son kidnappeur.

- Rhaaaa, il m’énerve ce gosse !!!

Un deuxième homme, encore plus imposant que celui qui avait enlevé le petit garçon, sortit de sa poche une pierre rouge.

- Wolfram !

Ce dernier ne répondit pas, trop occupé à vouloir s’enfuir de ce satané véhicule.

- Wolfram von Bielefeld ! Maintenant tu vas arrêter et me regarder.

Vu le ton de l’homme, il aurait été fou de ne pas obtempérer. Le regard du garçon se fixa sur la pierre que tenait l’inconnu. Elle lui rappelait quelque chose mais il se souvenait plus quoi.

- Tu vois cette pierre rouge Wolfram ? Et bien, on appelle ça du Houseki. Tu…

Avant qu’il n’ait pu finir sa phrase, l’homme s’aperçut que le garçon essayait de se reculer le plus loin possible de l’éclat rouge qu’il tenait entre ses doigts.

- Je vois que tu sais ce que provoque cette pierre sur un être tel que toi ! Un Mazoku de sang pur, héritier de deux familles nobles et avec autant de Maryoku dans les veines a grand intérêt à rester loin de cette pierre. Alors, je te propose un marché…

Le blondinet s’y perdait dans tout ce charabia. D’accord, il savait qu’il ne devait pas s’approcher du Houseki parce que Gwendal le lui avait formellement défendu, mais il ne comprenait pas ces histoires de Mazoku, de Maryoku et autre mot bizarre.

- Marché ? questionna Wolfram.

Ses yeux étaient toujours emplis de perles salées sur le point de couler.

- Oui, une sorte d’échange. Toi, tu arrêtes de te débattre et de hurler à la mort tandis que moi, je range cette pierre et ne l’utiliserais pas.

« Enfin pour l’instant ».

- Je veux revoir Haha-ue… murmura le blond.

- Tu n’as pas répondu…

Wolfram resta muet. Il ne comprenait pas tout ça. Pourquoi le privait-on de sa famille ?

La seule chose qu’il pouvait aisément deviner, c’était que ces personnes ne lui voulaient pas que du bien.

L’homme en face de lui commençait à perdre patience. Ce gamin était vraiment exaspérant. On ne pouvait pas s’attendre à plus, d’un descendant de la famille von Bielefeld qui, elle-même descendait de Shinou.

Peut-être qu’une punition le rendrait plus coopératif. Sa décision était prise : il approcha la pierre du bambin et se dernier le sentit presque aussitôt. Seulement, le deuxième homme le ceintura de plus belle. Le Houseki se posa sur le bras du petit qui hurla. Dans ses cris, on pouvait percevoir une douleur presque insupportable. L’inconnu laissa la pierre ainsi plusieurs secondes. Le corps et l’esprit du chérubin ne pu en supporter plus : Wolfram s’évanouit et, par la même, se soustrait à cette douleur horrible.



Dans la pièce, des voix retentissaient. Trois exactement. Les deux hommes qui avaient ramené Wolfram et un troisième. Lui, était un peu plus débraillé que les deux autres. Ils parlaient tous du petit garçon qui était ligoté et bâillonné sur une sorte de sofa, à l’autre extrémité de la pièce. Ses cheveux couleur blé s’étalaient sur un des oreillers bleu marine. Ses yeux étaient fermés : depuis que le Houseki était entré en contact avec sa peau et qu’il s’était évanoui sous le coup de la douleur monstrueuse, il ne s’était pas réveillé. Un bandage recouvrait son bras meurtri.

- On avait dit pas de violence ! s’écria Rufus, l’homme qui n’avait pas été dans le véhicule.

- Tu n’étais pas avec nous alors ferme-la ! Et puis, c’est Erhald qui avait la pierre.

Cette fois, le dénommé Rufus ne dit plus rien : apparemment cet Erhald avait tout l’air d’être leur chef.

- Et puis, ce gamin est vraiment énervant ! Franchement, il n’a que quatre ans mais c’est une vraie plaie… déclara Luther, l’homme qui avait enlevé le blondinet.

Un silence pesant s’installa. Un silence tel qu’on aurait aisément pu le couper au couteau.

- Je vous préviens de quelque chose de très important, déclara Erhald d’un ton qui ne souffrait aucune réplique, Wolfram a déjà acquis ses pouvoirs et, bien qu’il ne sache pas s’en servir, s’il se croit en danger, il pourrait les invoquer sans s’en rendre compte. Alors attention.

- Quel élément contrôle ce fichu gamin ? demanda Luther.

- Le feu, comme son père.

Des gémissements se firent entendre, venant du petit garçon prostré sur le sofa. Erhald se leva et se rapprocha de Wolfram. Avec ses cheveux or et ses yeux émeraude d’où filtrait une peur certaine, il le trouva très mignon.

« Dommage qu’il n’ait que quatre ans »

Erhald se donna une grande gifle mentale, ce n’était pas le moment de se désoler du trop jeune âge d’un gamin.

Ce dernier, voyant l’inconnu qui l’avait forcé à entrer en contact avec la pierre rouge, essaya de crier et de s’enfuir le plus loin possible. Seulement, ses hurlements ne passaient pas la barrière du bâillon et ses mains étaient emprisonnées derrière son dos.

- Calme-toi ! Je vais t’enlever le bâillon, d’accord ? Mais attention, si tu cris…

Le chef sortit une fois de plus le Houseki d’une de ses poches.

Wolfram gémit fortement et secoua la tête.

- Ne t’inquiète pas… C’est seulement si tu as la malheureuse idée de vouloir te faire la malle ou d’alerter les voisins. Mais bon, il n’y a pas de personnes aux alentours. Par contre, nous on est là donc, ne cris pas !

Erhald commença à détacher le bâillon et à délier les cordes qui retenaient les poignets du petit.

Celui-ci se demanda ce qu’il devait faire. D’une part, il voulait revoir sa famille mais de l’autre, il voulait rester vivant et ne pas souffrir pour rien.

- Je veux m’en aller ! s’exclama le garçon.

Je veux pas rester ici !

- Je veux... Je veux...

A croire que tu n’as pas très bien compris Wolfram.

- Pas Wolfram ! Vous avez pas le droit de dire Wolfram ! Je vous ai pas dit d’accord !

- Comme je le disais, tu n’as rien compris... Tu sais que je peux te tuer dans la minute... Alors tu vas te calmer Wolfram !

- J’ai dit pas Wolfram !

Cette fois, s’en fut trop pour Erhald. Il sortit le Houseki de sa poche et voulut l’apposer sur le blondinet. Cependant, celui-ci se recula et chercha à s’enfuir. Il atteignait presque une des portes de la pièce quand Rufus le ceintura et l’empêcha d’échapper à la punition que lui réservait son chef.

- NON !

- Tu l’as bien cherché ! A vouloir me répondre, voilà ce qu’on gagne... Rufus soulève son haut s’il te plaît.

Les yeux de Rufus s’agrandirent d’incompréhension mais il exécuta quand même l’ordre de son supérieur.

- Que...

- Après ça Wolfram, j’espère que tu éviteras de me contrarier !

La pierre rouge entra directement en contact avec la peau du blondinet. Seulement, Erhald l’avait mis sur un endroit stratégique : l’emplacement du cœur de Wolfram.

Un cri horrible se répercuta contre les murs. L’homme enleva la pierre pendant que le petit garçon tentait de reprendre son souffle. Erhald lui releva la tête pour que les yeux d’où perlaient des larmes rencontrent ses yeux froids.

- Maintenant, tu sais à quoi tu t’exposes en m’énervant...

après ces paroles remplies d’une gentillesse contenue - vive ironie - Rufus et Luther prirent le blondinet chacun par un bras et l’emmenèrent dans une pièce d’où ne filtrait aucune lumière.

Ce sera ici que le petit passera les deux semaines suivantes...


Chapitre 03 : Punitions, pleurs, doutes et retrouvailles…



Wolfram avait essayé maintes fois de sortir de la pièce sombre, seulement, chacune de ses tentatives avait échoué lamentablement. Cela faisait maintenant cinq jours qu’il était là et il commençait sérieusement à avoir peur. Il savait que les hommes qui le retenaient ici le frapperaient si c’était nécessaire, surtout cet Erhald ! Lui devait aimer le torturer !

Les larmes lui montaient aux yeux… Il se demandait si quelqu’un viendrait le chercher ou si ce n’était même pas la peine d’espérer que quelqu’un le sorte d’ici un jour.

Ses frères essayaient-ils de le retrouver ? Et sa mère ? Et Dan Hiri (1) ?

Il laissa les perles salées couler sur ses joues, il ne tenta même pas de les arrêter. Il ne comprenait pas pourquoi tout cela lui arrivait à lui… Il était apeuré et ce qu’il voulait par-dessus tout, c’était rentrer chez lui, revoir ses frères et serrer sa mère dans ses bras. Il voulait les entendre le réconforter comme quand il était plus jeune et qu’il avait peur de quelque chose.

Le plus souvent, il se plaignait du trop plein d’amour de Gwendal et de sa protection trop rapprochée mais là, il avait vraiment besoin de quelqu’un pour le consoler et pour lui dire que tout cela allait finir. Il revoyait très nettement son plus grand frère le prendre entre ses bras et lui chuchoter de se calmer, qu’ils seraient toujours là pour le protéger et que rien ne lui arriverai. A part peut-être mourir sous les assauts de sa mère et de ses trop fortes embrassades. Wolfram sourit à cette pensée. Pour palier au manque de chaleur, tant au sens propre qu’au sens figuré, il essaya de se remémorer des souvenirs heureux d’avec sa famille. Ce qu’il revit fit que ses lèvres s’étirèrent en un mignon sourire et que ses larmes se tarirent quelque peu...



/// -- //



Dans le château du Serment du Sang, la grande famille était attablée. Seulement, personne n’arrivait à combler le vide que représentait l’absence du plus jeune de tous. Chacun essayait de ne pas penser à ce que Wolfram subissait là-bas, avec ces hommes. Seulement, essayer de ne pas y penser ne faisait que renforcer leur crainte de ne jamais revoir leur petit garçon préféré. Cecilia n’avait pas reçu de menaces, par contre, ce que Gunther lui amena ce jour l’anéantit.



« Bonjour ou Bonsoir, Lady Cecilia, 26ème Maoh.

Nous retenons votre fils et si vous voulez encore entendre ses petits gazouillements retentir dans votre château, faites à la lettre tout ce qui va suivre… Avant cela, nous tenons quand même à préciser qu’il vous faudra prendre contact avec le père de Wolfram, car certaines de nos demandes le concernent lui aussi :

- Ne cherchez pas à retrouver votre fils, ou alors c’est lui qui vous retrouvera mais, malheureusement, morceaux par morceaux (2).

- Ne sortez pas du château, vous n’avez pas besoin de savoir pourquoi, seulement, par là, il vous faut comprendre que vous êtes surveillé 24/24, vous et vos fils.

- N’essayez pas de rentrer en contact avec qui que ce soit, sauf Lord von Bielefeld, Monsieur le Père de Wolfram.

Ceci n’est que le début de nos réclamations. L’avant dernière étant que Humains et Mazoku n’entrent plus en contact. Vous avez essayez d’endiguer les guerres entre ces deux groupes d’êtres totalement distincts, la plupart du peuple vous en ai reconnaissant, seulement, nous ne sommes pas d’accord. Alors, plus aucun Humain ne devra franchir la frontière de Shinmakoku sous peine d’une peine de mort. La dernière de nos demandes est que vous lisiez nos réclamations à votre peuple,

Nos salutations bien distinguées,

X »



Voilà ce que lu Cecilia mais le pire pour elle fut de constater que les ravisseurs de son fils avaient osé toucher ce dernier. La goutte de sang voulait tout dire et même si elle ne pouvait pas être sûre à 100% que c’était bien le liquide de vie de Wolfram, elle en était persuadée.

Cette goutte s’étalait sur le bas de la feuille, comme une menace voilée.

La Maoh avait lu cette lettre devant ses enfants et Dan Hiri. C’est quand elle s’aperçut du contenu qu’elle se dit que ça n’avait pas été une bonne idée. Le teint livide de Conrad lui donna raison, ainsi que la grimace qui avait prit possession du visage de Gwendal.

- Il faut prévenir Siegfried von Bielefeld, déclara Gunther.

- Muhm…

- J’ai déjà pris l’initiative d’écrire une lettre, il ne manque plus que votre signature…

L’Argenté présenta le morceau de papier au Maoh qui le signa. Il serait envoyé dans les minutes suivantes.

Après que le conseiller soit sortit, la mère se rapprocha de ses deux garçons avec l’intention de les réconforter, ce qui ne marcha pas vraiment sur l’aîné qui envisageait le pire pour Wolfram. Il se leva :

- Gwendal…

- Je vais dans ma chambre ! s’exclama le Vert, sentant qu’il ne pourrait retenir plus ses larmes.

Décidemment, ces temps-ci, il pleurait souvent. Quelqu’un frappa à sa porte.

- Entrez…

- Gwendal ?

C’était Conrad qui venait s’enquérir de la raison qui avait fait que son frère se soit éclipsé. Il vit alors que Gwendal sanglotait. Il ne savait pas vraiment comment faire pour le réconforter mais il suivit son instinct. Il se rapprocha et s’assit à côté de son frère puis enroula un de ses bras autour de ses épaules.

Un tout petit sourire vint fendre le visage de l’aîné…



/// -- //



Une porte s’ouvrit. Un homme entra.

Il souriait d’une manière trop mielleuse, comme s’il voulait s’attirer les bonnes grâces de quelqu’un.

- Tu as faim, Wolfram ? demanda Rufus.

Le dit Wolfram ne répondit pas mais son estomac le fit pour lui : il laissa entendre des petits borborygmes.

L’homme se baissa vers le petit garçon qui était assis, dos au mur, les genoux remontés sur la poitrine et lui enleva les mèches qui barraient son regard vert, regard moins pétillant que d’habitude.

La respiration du blondinet s’accéléra, et pour cause, il avait peur. Tellement peur qu’il en tremblait.

- Tu as faim ? répéta Rufus.

Cette fois, ni l’estomac ni son possesseur ne répondit. Wolfram pensait qu’en faisant comme ça, l’homme s’en irait et le laisserait seul. Bien qu’au fond, le garçonnet ne voulait pas être, une fois de plus, abandonné. Mais à être avec quelqu’un, le blond préférerait être avec sa famille plutôt qu’avec cet homme qui lui faisait peur.

Rufus commençait à s’impatienter, aucune réponse ne sortait de la bouche de leur prisonnier.

- Wolfram, je t’ai posé une question ! s’exclama le geôlier en s’énervant.

Le bambin se recroquevilla un peu plus, craignant une soudaine réaction de l’homme.

Ce dernier vit le recul du petit et sourit encore plus.

- Pourquoi as-tu peur de moi, Wolfram ?

Celui-ci cru ne pas avoir bien entendu. Est-ce que Rufus lui demandait pourquoi il avait peur ? Il y avait de quoi se demander si on n’était pas fous !

- Alors ?

Les larmes commencèrent à s’écrouler, silencieusement, sans que rien ni personne ne puisse songer à les arrêter. Wolfram trembla de plus belle et c’est alors que Rufus le prit dans ses bras. Le garçonnet en eut la chair de poule et se débattit. Il voulait vraiment se défaire de l’étreinte de l’homme. Il le voulait tellement qu’il concentra inconsciemment son Maryoku dans la paume d’une de ses mains et déchargea le surplus d’énergie. Rufus, sentant une chaleur inhabituelle s’échapper du corps du gamin (3), se releva juste à temps pour éviter de se faire griller. Seulement, une de ses mains ne pu en réchapper totalement et se retrouva quelque peu blessée.

L’homme cria de douleur. Mais faisant fi de cette perception, il se ré avança vers le garçon qui, entre temps, s’était relevé et le gifla. Le coup fut tellement puissant que Wolfram retomba face contre terre et ne chercha même pas à se relever. Une exclamation se fit entendre quand Luther et Erhald se précipitèrent pour voir ce qui avait fait que Rufus avait crié.

- Il m’a brûlé, ce foutu gamin !!

- Je t’avais pourtant prévenu qu’il avait développé ses pouvoirs… soupira Erhald.

- Ouais bah ça n’empêche que j’ai quand même faillit finir avec une main carbonisée !! Et tout ça à cause de lui !!

Le « lui » fusa et un doigt se dirigea dans la direction de Wolfram qui était encore à terre.

Erhald se rapprocha, le souleva.

Les sanglots du blondinet se firent entendre plus distinctement lorsqu’il comprit qu’il allait, bien sûr, être puni pour avoir brûlé Rufus.

- Wolfram, Wolfram, soupira le chef.

Ce dernier prit le garçonnet par les bras tandis que ce dernier se débattait de toutes ses maigres forces.

- N’aggrave pas ton cas ! s’écria Erhald.

Wolfram tenta de dire quelque chose, seulement, les mots restèrent coincés au fond de sa gorge.

« Ani-ue !! » appela-t-il intérieurement, espérant vainement que quelqu’un viendrait le sortir de là…





AU CHÂTEAU DU SERMENT DU SANG



Cecilia se trouvait dans son bureau quand Gunther frappa à la porte. Le jeune instructeur de son second fils (5) entra puis lui tendit une missive qu’elle lu hâtivement. Elle rapportait que le père de Wolfram arriverait dans la journée du lendemain. Par contre, il resterait au moins deux bonnes semaines. Le Maoh soupira : Siegfried viendrait alors… Avant de recevoir cette lettre, elle en doutait fortement. En effet, Siegfried n’avait jamais reconnu son fils et ne l’avait jamais aimé. Il l’avait rejeté dès sa naissance, la preuve étant que la première personne a avoir pris le bambin dans ses bras avait été Conrad et pas lui. C’est pour cela que la mère était très étonnée, même plus que cela. Siegfried aurait-il oublié sa quasi haine envers son fils ou avait-il une autre raison de venir au château que pour le récent enlèvement de Wolfram ? Cela, elle le verrait le lendemain, lors de l’arrivée de son ancien mari…



QUELQUE PART, DANS SHINMAKOKU



Wolfram se débattait dans les bras puissants de son kidnappeur. Il avait peur de ce que celui-ci pourrait lui faire et du lieu où il l’emmenait. Erhald était suivit par Rufus alors que Luther était resté seul. Le chef descendait maintenant des marches. Wolfram constata donc qu’ils se trouvaient tous dans un château vu la longueur des couloirs et les nombreuses marches, il pouvait aussi dire qu’il descendait. Enfin, Erhald arriva devant une porte qu’il ouvrit à l’aide d’une clef se trouvait à son tour de cou. Le bambin ouvrit des grands yeux. Il ne savait pas ce qu’il y avait dans cette pièce mais il ressentait une énergie qu’il redoutait. Il était sûr que c’était comme l’aura du Houseki. L’atmosphère était surchargée de mauvaises ondes. Cependant, elles paraissaient plus inoffensives que la pierre de Erhald mais beaucoup plus nombreuses.

Le chef s’avança et avisa les chaînes qui pendant au mur en face de lui.

Wolfram arrêta de se débattre : ses yeux s’étaient fixés sur les attaches.

- NON !! Je suis désolé ! Je veux pas… DESOLE !!!

- C’est trop tard maintenant, je t’avais prévenu et cela plusieurs fois.

Erhald s’avança avec le petit garçon qui commençait à sangloter et à crier de toutes ses forces nouvellement revenues à la vue des chaînes.

Faisant fi de ces protestations, le chef commença à attacher les bras de Wolfram au mur alors que ce dernier sentait ses forces le quitter petit à petit : elles étaient aspirées par le Houseki. Pourtant le blondinet ressentit presque immédiatement que ces chaînes en pierre anti-Mazoku n’étaient pas comme la pierre que possédait Erhald. En effet, cette roche ne le brûlait pas, elle ne permettait pas de lui faire du mal mais plutôt de l’affaiblir.

- Je vais te laisser réfléchir à tout ça Wolfram. Tu resteras ici au moins jusque demain…

Les deux hommes se retirèrent et laissèrent le blondinet complètement dans la pénombre…



LE LENDEMAIN, AU CHÂTEAU DU SERMENT DU SANG



Tout le monde était déjà réveillé, et pour cause : Siegfried von Bielefeld allait arriver d’une minute à l’autre.

Dan Hiri se tenait à côté de Cecilia, Conrad dans ses bras. En effet, son jeune fils n’avait pas beaucoup dormi cette nuit et il s’était ré endormi sur les genoux de son père. Quant à Gwendal, il se trouvait plus en arrière, surveillé par Gunther.

La mère des deux jeunes commença à glisser sa main dans la chevelure châtain de son second fils. Ce dernier gigota dans son sommeil. Un sourire vint étirer les lèvres des deux parents tout de suite remplacer par un masque de tristesse en pensant à Wolfram. Comment allait-il ? Ne se sentait-il pas abandonné ?

Un hennissement se fit entendre au loin, et on devina que la calèche de Siegfried arrivait.

Elle s’arrêta quelques minutes plus tard devant le parvis aux nombreuses marches : un homme de haute stature en descendit.

Siegfried von Bielefeld était un homme très grand et élancé. Ses cheveux or retombaient inlassablement sur ses yeux bleu roy. Il était habillé du vêtement bleu des Bielefeld et portait une épée à son côté droit.

- Seigneur von Bielefeld, soyez le bienvenu, déclara Gunther.

- Hum… Plus vite cette histoire sera terminée, plus vite je pourrais retourner chez moi, sur mes Terres.

Tout le monde put remarquer alors que l’enlèvement de Wolfram n’avait pas vraiment l’air d’inquiéter son père. Non, il paraissait plutôt en colère.

- Suivez- moi…

Tout le monde suivit Cecilia, Siegfried venant en premier suivit par Dan Hiri qui tenait encore et toujours Conrad entre ses bras. Les deux autres se joignirent à eux.

Tous s’assirent dans la petite salle de réception.

- Je vois que tu n’es pas réjoui de revenir par ici, dit Cecilia.

- Comment le pourrais-je ? J’apprends que mon « fils » s’est fait enlever… Même pas foutu de se défendre ce môme.

A ces paroles, les yeux de Gwendal s’ouvrirent tels des soucoupes :

- Il n’a que quatre ans !! Vous comprenez ça ? QUATRE ANS !!! Comment voulez-vous qu’il se défende contre un homme de votre taille ? Comment voulez-vous…

- Gwendal ! Ça suffit maintenant !

- Mais Mère, je…

Les yeux verts de Cecilia firent taire son aîné.

- Je suis désolée Siegfried…

- Il aurait bien besoin d’être éduqué ce garnement, siffla le blond.

- Vous ne croyez pas que c’est vous qui avez besoin d’être rééduqué ? On ne vous a donc jamais appris à aimer les gens ? Je pense que non, vu comment vous traiter votre propre fils… Je tiens juste à vous signaler que Wolfram s’est fait enlever, il n’est pas seulement partit en balade avec une quelconque personne, non, il s’est fait kidnapper !! Ce qui, si vous ne le saviez pas, signifie qu’il est en grand danger et que si nous ne le retrouvons pas bientôt, il se pourrait que nous ne le revoyions jamais !!!

Personne n’avait jamais vu Dan Hiri s’énerver autant.

- Qui êtes-vous pour me parler sur ce ton ?

Conrad, toujours dans les bras de son père, se mit à sangloter. Pourquoi Dan Hiri avait-il insinué l’idée que peut-être, personne ne reverrait Wolfram… Pourquoi ?

- Ah, ça y est, je vous reconnais ! Vous êtes l’humain avec lequel mon ex-fiancée a engendré le bâtard que vous tenez dans vos sales mains de non Mazoku… continua Siegfried, en insistant bien sur le « bâtard ».

- Allez-y, insultez nous ! Mais sachez que moi, au moins, je protège un minimum mon enfant… Et j’essayerai par tous les moyens de retrouver Wolfram, même si ce n’est pas mon sang qui coule dans ses veines mais bel et bien le vôtre.

Intérieurement, Cecilia sourit. Ce von Bielefeld avait bien besoin qu’on le remette à sa place. De quel droit osait-il insulter Dan alors qu’il n’était même pas foutu de sauvegarder la vie de son petit garçon ?

Plus personne ne prononçait la moindre parole… Tout le monde se taisait…



DEUX JOURS PLUS TARD, LE HUITIEME JOURS DE SEQUESTRATION DE WOLFRAM



Cecilia se trouvait devant son peuple. Elle venait de finir de lire les recommandations des ravisseurs de son jeune fils. Tous les humains présents, ainsi que les Mazoku, poussèrent des exclamations de mécontentement. Ils avaient enfin appris à cohabiter et maintenant, ils devaient à nouveau se séparer ? Non, ce n’était pas possible…

- Je suis vraiment désolée, continuait le Maoh, mais la vie de votre troisième prince est en danger. Vous, Mères et Pères, pensez à ce que vous feriez si votre enfant était entre les mains de personnes inconnues prêtes à tout pour que vous fassiez ce qu’ils demandent… Pensez-y et vous comprendrez mes motivations...

Encore une fois, je m’excuse sincèrement…

Et elle repartit dans son château…



DERNIER JOUR



Erhald, comme à son habitude, depuis maintenant une petite semaine, se réveilla en pensant à tout ce qu’il avait accompli par le biais du Maoh : grâce à lui, les Mazoku avaient retrouvé leur rang d’être supérieurs et ces maudits humains étaient repartis vers leurs contrées.

Il sortit de son lit et s’habilla de son éternel habit rouge sang. Après avoir prit un petit déjeuné –si on pouvait appeler ça comme cela au vue du contenu de son assiette-, il se dirigea vers une pièce dont il ouvrit la seule porte.

Wolfram était là, recroquevillé sur lui-même, pleurant à cause de la douleur qui lui déchirait littéralement le dos et les épaules. En effet, il y avait de cela une dizaine d’heures, il s’était, encore une fois, fait torturer et frapper par Erhald. Celui-ci s’était délecté des cris d’angoisse, de douleur pures et de pitié du jeune.

- Alors Wolfy, comment ça va aujourd’hui ??

Le bambin ne répondit pas, certain que le fait d’ouvrir la bouche le ferait encore plus souffrir.

Erhald s’approcha et le prit par les épaules pour le porter en dehors de la pièce. Les cris de souffrance de Wolfram se répercutaient sur les murs. Mais bien plus que de faire sortir le jeune de se prison, Erhald le conduisit jusque la calèche avec laquelle on l’avait mené ici.

- Voilà Wolfram, ton cauchemar est bientôt terminé, mon bonhomme…

Les yeux du « bonhomme » s’écarquillèrent : il ne crut pas une seule seconde ce que lui racontait cet homme.

- Je sais que tu ne vas certainement pas me croire, mais je te ramène à notre point de départ. Je pense que du marché, tu sauras retrouver le chemin du château, n’est-ce pas ??

La calèche s’ébranla. Ils roulèrent pendant deux bonnes heures et c’est au bout de ce chemin que Wolfram reconnut immédiatement le marché où il allait normalement avec son aîné.

Erhald le poussa en dehors de la calèche, sans ménagement. Le véhicule repartit aussitôt.

Le blondinet se roula en boule, il s’en fichait d’être à terre. Il laissa des larmes de soulagement s’écouler lentement sur ses joues rosies. C’était enfin terminé. Ce mauvais rêve touchait à sa fin. Il allait enfin pouvoir revoir ses proches, serrer ses frères et sa mère dans ses bras. La douleur de son dos était encore bien présente mais elle était supplantée par un apaisement à l’idée de rentrer chez lui.

- Petit ?

Une voix inconnue éclata aux tympans du jeune garçon.

- Petit ?

Cette fois, Wolfram se releva pour voir d’où venait cette voix. Quelle ne fut pas sa surprise quand il reconnu un des marchands qui venait régulièrement au château.

- Je… retourner…château…

- Je ne comprends pas ce que tu veux dire !

- Je… Wolfram von… Bielefeld…

Il n’en fallut pas plus au commerçant pour qu’il comprenne que ce garçon était celui que Lady Cecilia recherchait sans s’arrêter.

- Tu es Wolfram, c’est ça ?? Et tu veux que je te ramène au château ?

Le garçonnet hocha la tête très vite.

- Viens je te ramène.

Le marchant prit le blondinet dans ses bras, en faisant très attention à ne pas toucher outre mesure le dos meurtri du pauvre garçon.



Après moins d’une demi heure de route, ils arrivèrent devant les immenses portes du château. Le commerçant s’annonça et déclara qu’il avait une très bonne nouvelle à rapporter à son roi –ou plutôt sa reine-. On le laissa passer.

Cecilia fut immédiatement prévenue et elle descendit en trombes les escaliers, suivie par Gunther.

Ils arrivèrent dans la cour et là :

- WOLFRAM !!!!!

- Haha-ue…

La mère pu enfin prendre son enfant dans ses bras, cependant, en entendant les cris de douleurs à moitié étouffés de son fils, elle remarqua à quel point ces hommes avaient fait du mal à son bébé.

Tout le monde les rejoignirent : Dan Hiri, Gwendal, Conrad et aussi un médecin…

Tous étaient vraiment soulagé de revoir l’enfant en vie, tous surtout Gwendal…
Revenir en haut Aller en bas
William
Admin-D.raw
Admin-D.raw
avatar

Masculin
Messages postés : 790
Pièces d'or : 3819
Réputation : 12
Age : 20
Localisation : France

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
80/100  (80/100)
Dessin (Experience):
60/100  (60/100)
Graphisme (Experience):
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Lun 27 Déc - 18:51

Lol c'est un roman sa !!!! Je lirais plus tard xD

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mangadraw.tk
Sakuya
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Messages postés : 657
Pièces d'or : 3383
Réputation : 7
Age : 21
Localisation : Devant mon odri'

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
60/100  (60/100)
Dessin (Experience):
20/100  (20/100)
Graphisme (Experience):
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Lun 27 Déc - 21:29

XD moi aussi

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°



Mes cadeaw =3 :
Spoiler:
 


Attention !
Toi là ! Ne bouge plus !
Je t'ai à l'œil ! Si tu fais un bêtise, ça va barder !
Pas de flood, pas de langage SMS, et pas de grossièretés !
Chaque topics est sous ma protection... Alors je le répète !
Fais attention ! è_é
Revenir en haut Aller en bas
Sayuuki
Ombre
Ombre
avatar

Masculin
Messages postés : 193
Pièces d'or : 2802
Réputation : 19
Age : 24
Localisation : Devant une vidéo =)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Mar 28 Déc - 11:57

Vous en faites pas... J'en ai pas encore fini x)
Revenir en haut Aller en bas
Antoine
Admin-D.raw
Admin-D.raw
avatar

Masculin
Messages postés : 1833
Pièces d'or : 4851
Réputation : 21
Age : 20
Localisation : France

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
70/100  (70/100)
Dessin (Experience):
60/100  (60/100)
Graphisme (Experience):
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Mar 28 Déc - 15:20

HOula Oo

A lire avant de s'endormir ! xD

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°





Cadeaux des membres:
Spoiler:
 

/!\Veuillez avertir un Modo ou un Admin si un de nos liens ne fonctionne pas ;) /!\ = Notamment dans la rubrique streamings :D
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mangadraw.tk
Antoine
Admin-D.raw
Admin-D.raw
avatar

Masculin
Messages postés : 1833
Pièces d'or : 4851
Réputation : 21
Age : 20
Localisation : France

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
70/100  (70/100)
Dessin (Experience):
60/100  (60/100)
Graphisme (Experience):
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Sam 28 Mai - 21:04

Mmh...

ça t'amuse de faire du plagiat Sayuki ??

Je tient à annoncer à tous les membres que Sayuki n'est pas l'auteur de cette histoire...

J'ai d'ailleurs reçut une plainte concernant ton attitude...

Pour me pardonner (même si je ne suis pas l'auteur des faits), j'ajoute le lien du blog du veritable auteur:

http://yuuram-mayu.skyrock.com/

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°





Cadeaux des membres:
Spoiler:
 

/!\Veuillez avertir un Modo ou un Admin si un de nos liens ne fonctionne pas ;) /!\ = Notamment dans la rubrique streamings :D
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mangadraw.tk
Akira
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Messages postés : 670
Pièces d'or : 3304
Réputation : 4
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
40/100  (40/100)
Dessin (Experience):
50/100  (50/100)
Graphisme (Experience):
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Jeu 9 Juin - 11:26

Pas beau le plagiat :s

Par contre j'aimerai bien savoir comment l'auteur à su lol Il est sur le forum ?

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°


Merci Antoine !^^

Attention !
Toi là ! Ne bouge plus !
Je t'ai à l'œil ! Si tu fais un bêtise, ça va barder !
Pas de flood, pas de langage SMS, et pas de grossièretés !
Chaque topics est sous ma protection... Alors je le répète !
Fais attention ! è_é
Revenir en haut Aller en bas
Antoine
Admin-D.raw
Admin-D.raw
avatar

Masculin
Messages postés : 1833
Pièces d'or : 4851
Réputation : 21
Age : 20
Localisation : France

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
70/100  (70/100)
Dessin (Experience):
60/100  (60/100)
Graphisme (Experience):
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Jeu 9 Juin - 15:51

Non, il m'a dit qu'il avait fait une recherche sur google et qu'il est tombé par hasard sur son texte x)
Mais Sayuki a semble-t-il fait beaucoup de plagiat sur notre forum... (ce texte, amv, dessins, graphismes...)
C'est ta dernière chance avant le bannissement total...

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°





Cadeaux des membres:
Spoiler:
 

/!\Veuillez avertir un Modo ou un Admin si un de nos liens ne fonctionne pas ;) /!\ = Notamment dans la rubrique streamings :D
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mangadraw.tk
Akira
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Messages postés : 670
Pièces d'or : 3304
Réputation : 4
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
40/100  (40/100)
Dessin (Experience):
50/100  (50/100)
Graphisme (Experience):
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Jeu 9 Juin - 21:46

Eh beh ca rigole pas :s

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°


Merci Antoine !^^

Attention !
Toi là ! Ne bouge plus !
Je t'ai à l'œil ! Si tu fais un bêtise, ça va barder !
Pas de flood, pas de langage SMS, et pas de grossièretés !
Chaque topics est sous ma protection... Alors je le répète !
Fais attention ! è_é
Revenir en haut Aller en bas
Antoine
Admin-D.raw
Admin-D.raw
avatar

Masculin
Messages postés : 1833
Pièces d'or : 4851
Réputation : 21
Age : 20
Localisation : France

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
70/100  (70/100)
Dessin (Experience):
60/100  (60/100)
Graphisme (Experience):
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Ven 10 Juin - 16:11

xD C'est mon devoir d'administrateur !!

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°





Cadeaux des membres:
Spoiler:
 

/!\Veuillez avertir un Modo ou un Admin si un de nos liens ne fonctionne pas ;) /!\ = Notamment dans la rubrique streamings :D
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mangadraw.tk
Sakuya
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Messages postés : 657
Pièces d'or : 3383
Réputation : 7
Age : 21
Localisation : Devant mon odri'

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
60/100  (60/100)
Dessin (Experience):
20/100  (20/100)
Graphisme (Experience):
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Sam 11 Juin - 19:34

Fallait au moins laisser un p'tit lien du vrai auteur =__='

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°



Mes cadeaw =3 :
Spoiler:
 


Attention !
Toi là ! Ne bouge plus !
Je t'ai à l'œil ! Si tu fais un bêtise, ça va barder !
Pas de flood, pas de langage SMS, et pas de grossièretés !
Chaque topics est sous ma protection... Alors je le répète !
Fais attention ! è_é
Revenir en haut Aller en bas
Antoine
Admin-D.raw
Admin-D.raw
avatar

Masculin
Messages postés : 1833
Pièces d'or : 4851
Réputation : 21
Age : 20
Localisation : France

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
70/100  (70/100)
Dessin (Experience):
60/100  (60/100)
Graphisme (Experience):
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Sam 11 Juin - 21:32

je ne vois pas vraiment pourquoi Sayuki a fait ça...
M'enfin... c'est du passé ^^'

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°





Cadeaux des membres:
Spoiler:
 

/!\Veuillez avertir un Modo ou un Admin si un de nos liens ne fonctionne pas ;) /!\ = Notamment dans la rubrique streamings :D
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mangadraw.tk
Sakuya
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Messages postés : 657
Pièces d'or : 3383
Réputation : 7
Age : 21
Localisation : Devant mon odri'

Feuille de personnage
Mangas (connaissances):
60/100  (60/100)
Dessin (Experience):
20/100  (20/100)
Graphisme (Experience):
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   Dim 12 Juin - 19:28

Oui comme tu dis ^^
L'auteur a mis un M comme rating ( Ce qui veux dire qu'elle n'est pas approprié pour tout le monde ) a cette fic , donc je vais mettre un avertissement en cas ou ^^

°•.¸¸.·´´¯··._.·`Signature·.¸¸.·´´¯`··._.•°



Mes cadeaw =3 :
Spoiler:
 


Attention !
Toi là ! Ne bouge plus !
Je t'ai à l'œil ! Si tu fais un bêtise, ça va barder !
Pas de flood, pas de langage SMS, et pas de grossièretés !
Chaque topics est sous ma protection... Alors je le répète !
Fais attention ! è_é
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kyo Kara Maoh, excitant !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kyo Kara Maoh, excitant !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Kyou kara maoh
» Kyou Kara Maoh !
» Présentation d'une psychopathe...
» Kyou Kara Maoh
» [japon] Kokuriko Zaka Kara, le nouveau film d'animation de Goro Miyazaki
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga D.RAW :: ~Le centre du Forum~ :: Le Grand monde du Manga :: Parodies mangas-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit
Site officiel